blog d'une fille un peu tarte qui fait des tourtes

mardi, février 13, 2007

"Kölle Alaaf"


Le 11 novembre, la France fête l'Armistice, la fin de la Première Guerre mondiale et les Allemands, eux, le début du carnaval qui commence très précisément à 11 heures 11.

Les Allemands voulaient, au XIXe siècle, unifier le début du carnaval, qui était différent dans chaque région, et trouver une date qui laisse le temps de préparer les grandes fêtes de février. Le 11 novembre a été choisi parce que, depuis le Moyen Age, le 11 est le chiffre fou : entre le 10 (les dix commandements) et le 12 (les 12 apôtres de Jésus).

Ce jour-là, le maire de Cologne, par exemple (c'est le centre historique du carnaval) arrive sur la place principale de la ville à 11 h 11 et crie "Kölle Alaaf", ce qui veut dire "Cologne devant !" en dialecte.

Vous ne trouverez pas le mot Alaaf dans les dictionnaires, c'est un terme du XVIIe siècle, utlisé pour trinquer. Mais il symbolise aujourd'hui le carnaval allemand.

Ce terme est tellement populaire que lorsque J. F. Kennedy est venu à Cologne, le 23 juin 1963, il a salué les habitants en disant "Kölle Alaaf ".

Le maire donne la clé de la ville au prince et à la princesse du carnaval ainsi qu'à ses fous qui vont régner sur la ville : Cet événement fait, chaque année, l'ouverture du journal télévisé de 20 heures, tellement c'est important.

D'ailleurs, la période entre le 11 novembre et la fin février est appelée "La cinquième saison".

Les associations contribuent énormément à la préparation du carnaval (Les Allemands adorent les associations, c'est le pays qui a le plus d'associations en Europe).

Les costumes sont souvent des costumes militaires et, pour se moquer des Français, on marche avec un fusil en bois avec des roses dans le canon.

Jusqu'en février, les séances de carnaval se succèdent dans les maisons des associations. On chante, on monte des spectacles, on danse et on prépare les "discours moqueurs" sur les PDG ou hommes politiques.

En février, c'est le délire : Qu'il fasse froid, qu'il pleuve, tout le monde est dans la rue, déguisé ou non, pour faire la fête. Pendant une semaine, les magasins et les écoles sont fermés.

Tout cela commence jeudi à Düsseldorf et attention les yeux...

Jeudi, les femmes auront le droit de tout faire : couper les cravates, embrasser l'homme de leur choix...

Lundi, ce sera la journée des parades avec distrubution de bonbons et fioles de schnaps, Mardi, les grandes fêtes, et Mercredi, tout sera terminé. Les carnavaliers se mettront des cendres sur la tête pour se nettoyer des péchés et le jeûne pourra commencer.

Dans certaines régions, on lave son portefeuille pour qu'il se remplisse le plus vite possible après ces fêtes où l'on a beaucoup dépensé.

C'est le carnaval comme on le fête depuis 1823, depuis la fin de l'occupation française en Rhénanie.

La tradition existe depuis plus longtemps, elle remonte au XIIIe siècle. A cette époque, on voulait profiter de la vie, bien manger et boire, avant les quarante jours de jeûne, jusqu'à Pâques.

Le nom "carnaval" vient de là : "Carne Vale " : adieu la viande (mais pas la bière !).

2 Comments:

Anonymous Véronique said...

A Düsseldorf (et à Mayence), c'est Helau, évite de crier Alaaf ailleurs qu'à Cologne. ;-) Tes lecteurs pourront suivre le défilé de Düsseldorf sur http://www.duesseldorf.de/cam/index.shtml, et même sans doute la prise de la mairie par les femmes ce jeudi à 11.11, puisque c'est la place de la mairie qui est filmée.

9:35 PM

 
Blogger Schatz said...

Merci pour l'info ! Tu as raison, je vais suivre le carnaval par internet ce sera apparemment moins risqué pour moi...

3:25 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home