blog d'une fille un peu tarte qui fait des tourtes

jeudi, novembre 23, 2006

Nocturne

La grande librairie berlinoise Dussman a convié journalistes et clients, dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 novembre, pour célébrer la libéralisation des horaires d'ouverture dans le commerce.

Le Sénat a pris tout le monde de court en permettant, dès le 17 novembre, aux magasins d'ouvrir vingt-quatre heures sur vingt-quatre du lundi au samedi et jusqu'à dix dimanches par an.

Même si la plupart des magasins ne devraient pas fermer plus tard que 22 heures, c'est ici une petite révolution.

En 1996, les horaires avaient été prolongés jusqu'à 20 heures du lundi au vendredi, suivi du samedi en 2003.

Il n'est cependant encore pas rare de voir des magasins fermer à 18 heures en semaine et à 14 ou 16 heures le samedi. Les boulangeries ouvrent tout juste quelques heures le dimanche pour la vente du pain frais dominical.

Cette décision a été rendue possible par la réforme du système fédéral. Depuis l'été dernier, la compétence en matière d'horaires d'ouverture dans le commerce a été transférée de l'Etat fédéral aux Länder.

Depuis, la plupart des régions allemandes avec Berlin en tête, ont mis en route une réforme de la législation en la matière.

Ces projets suscitent la colère des syndicats et des Eglises, surtout en ce qui concerne l'ouverture des magasins le dimanche. L'Eglise protestante d'Allemagne voit dans la nouvelle législation berlinoise une menace pour la protection de la famille (pas moins que ça) et n'excluent pas de déposer une plainte devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe.

La libéralisation des horaires a beau progresser, l'Allemagne n'invalidera pas de sitôt le précepte qui remonte à la République de Weimar : le jour du Seigneur a pour vocation « le repos et l'élévation de l'âme ».

Les commerçants, quant à eux, regrettent l'absence d'uniformisation et craignent que le manque de cohésion entre les Länder ne perturbe la concurrence entre les régions.

En fonction des régions, les magasins pourront ouvrir de deux à dix dimanches. Ainsi, "certains dimanches, vous pourrez faire vos courses à Berlin mais pas dans la ville voisine de Potsdam" explique Hubertus Pellengahr, porte-parole de la fédération du commerce de détail.

De plus, des études démontrent que l'allongement de la durée d'ouverture n'est pas forcément synonyme de bénéfices pour le commerce.

J'ai comme l'impression que cette mesure ne satisfait que les insomniaques...

2 Comments:

Blogger Arnaud said...

C'est dingue ! C'est sûr que dans certains cas sera bien pratique de pouvoir faire ses courses tard après le boulot. mais d'un autre côté, on commence par autoriser les ouvertures le soir, puis le dimanche et après, on supprime les jours de repos ... Ne suis finalement pas si libéral que çà !!!

7:50 PM

 
Blogger MAD said...

Je trouve plutôt bien que les magasins ferment plus tard le samedi. J'ai souvenance de m'être retrouvée bredouille un samedi après-midi à Mayence, alors que je devais acheter un cadeau...
Je me souviens aussi avoir acheté des CD sur le Virgin du Kudamm à minuit, mais c'est bien pour les touristes.
Ouvrir le dimanche et la nuit ne me paraît pas indispensable et, en effet, il semble que ce ne soit pas si rentable...

1:40 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home